Rentrée des artistes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le mot envoyé par H. aux parents de l'association phobie scolaire et à nous, puisque nous sommes concernés. On en est fiers et émus.  Ça nous donne de l'énergie pour cette belle année qui commence.

 

 

 

J-1...
et je lis dans vos posts les doutes, l’inquiétude , l’angoisse, les maux de ventre , les insomnies , les cerveaux en ébullition à chercher un plan B, C, D ... les CNED , SAPAD, MDPH, et autres formalités administratives qui nous écrasent , toutes ces petites choses qui s’accélèrent et qu’on avait essayé d’enterrer pendant l’été et qui nous reviennent en masse comme un boomerang pour former cette grosse boule qui semble déjà bien installé au creux des estomacs. Et tout ça me renvoie 1 an en arrière . Une année , une seule toute petite année au vue des 4 années précédentes de galère et de descente aux enfers .


Il y a un an tout juste, nous repartions en mode guerriers plus confiants que jamais. Petit dragon rentrait en CM2 , et tous les signaux étaient au vert. Nous avions trouvé la bonne psy, les antidépresseurs avaient fait leur effet , le maître était ultra bienveillant , petit dragon avait repris goût à la vie et l’envie d’école était revenue. Nouveau cartable, nouveau départ... on tenait le bon bout !

Jusqu’au portail.
Impossible à franchir .
La panique.
L’enfant qui perd pieds. La pâleur, les tremblements, la main qui serre, les mots encourageants que je prononce même si je sais déjà qu’il ne m’entend plus. Le maître qui essaye à son tour. L’œil vitreux qui se rempli de larmes. L’envie de partir en courant et de l’arracher à tout ça. L’envie de retrouver la quiétude des vacances et l’enfant rieur et détendu des jours précédents. Sa déception. La mienne. Le tsunami.

Je sais que ça ne sera pas possible. Je ne veux plus vivre ça. Le CNED n’est pas envisageable. On arrête tout.

Et puis , une rencontre. Une école démocratique qui vient d’ouvrir. Un concept éducatif aux antipodes de toutes mes croyances. Une jolie façon de « ne pas aller à l’école ». Des enfants tous un peu brisés qui semblent revivre et enfin souffler. Des lectures et des discussions à n’en plus finir. Mon propre esprit qui semble s’ouvrir enfin. Mon petit dragon, qui pour la première fois , semble être en parfait accord avec lui même. La famille apaisée. La boule au ventre qui disparaît, aussi vite et aussi sournoisement qu’elle était apparue.
EXIT BOB.
Exit les anti dépresseurs.
Exit les rendez-vous chez les psy.

Et aujourd’hui, veille de rentrée ? Et bien , rien ... ça fait plus de 3 semaines que petit dragon a « trop hâte que les vacances soient finies, parce que la maison c’est bien gentil mais on fait pas grand chose d’intéressant et que c’est beaucoup trop long ces grandes vacances, ça sert à rien »... 😆

Alors non, il n’y aura pas d’entrée au collège pour nous cette année. Pas de sixième, et probablement pas de cinquième ni de quatrième ni de troisième non plus . Pas de CNED. Pas de brevet.... Flippant vous me direz ? Et ben non, personnellement, je trouve ça moins flippant qu’un gosse de 8 ans qui veut mourir, ou de 9 qui passe ses semaines sur son canapé et ne sort que pour aller chez le psy.
On a enterré l’élève et on a retrouvé l’enfant. Il va bien ! Très bien même. Il ne semble même pas marqué par les 4 années horribles qu’il a traversé. Leur capacité de transformation est encore étonnante à cet âge !

Alors pour demain , je vous souhaite à tous et toutes tout le courage dont vous aurez besoin. Et si ça ne marche pas, pas de panique ! Le temps est votre meilleur allié ! Tout ne se joue pas LE JOUR de cette fichue rentrée. Même si aujourd’hui le temps paraît s’accélérer, ça n’est que le temps de l’élève, pas forcément celui de l’enfant !

 

 

L'Association Phobie Scolaire a un site et une page facebook.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

 Palotchka 2018

Ecole privée hors-contrat

 

La palotchka est une lettre ajoutée à l’alphabet cyrillique lorsqu’il est utilisé

pour transcrire certaines langues caucasiennes. Il signifie littéralement

bâtonnet, ou petit trait. La palotchka n’a habituellement pas de

valeur phonétique indépendante, mais est utilisée pour modifier

la lecture de la lettre précédente