Une journée-type à Palotchka

(ceci est un canevas qui, comme l'école, est en constante évolution)

 

 

  • De 8h30 à 10h / Accueil et jeux  Chacun arrive à son rythme pour bien commencer la journée. Discussion, reprise du travail commencé la veille, d'un projet de groupe, jeux, etc...

 

  • 10h : Quoi de neuf ? (réunion quotidienne)  La pratique du « Quoi de neuf ? » facilite l’élargissement de la compréhension de l’autre par rapport à soi et de soi par rapport à l’autre. Tous les membres de l’école se réunissent pour partager les informations concernant la journée à venir, le collectif, leur vécu, leurs idées, leurs envies… puis les éventuels soucis rencontrés la veille. Le partage des problèmes rencontrés permet, par une réflexion collective, d’avancer ensemble dans des conditions moins pesantes.

 

  • 10h30 à 12h : Travail en groupe (en cours ou en autonomie)  Chaque jour, des cours sont proposés (Mathématiques, français, histoire-géo, anglais...). Ces cours se font de manière concertée avec les enfants, selon les difficultés rencontrées. Les groupes se créent et se recomposent tout au long de l'année selon les besoins.

 

  • 12h à 13h : Repas  Les repas sont "tirés du sac", préparés sur place ou achetés dans le quartier pour les plus grands.

 

  • 13h à 14h : Clubs ou réunions   Club théatre, projet de bandes dessinée, réunion du Conseil d'Ecole* ou de la commission achats (qui décident des futurs achats de l'école), etc. Pendant cette heure, l'utilisation des smartphones est autorisée.

 

  • 14h à 16h : Ateliers ou projets  Des ateliers facultatifs sont proposés (sciences, bricolage, couture, arts, sortie au Jardins de la fontaine, etc...). Les enfants peuvent aussi travailler à des projets de groupe ou personnels.

 

  • 16h : Ça va, ça ne va pas  (2ème réunion quotidienne) Sorte de météo émotionnelle du jour, le ça va, ça ne va pas permet à chacun de communiquer son ressenti par rapport à sa journée. Parfois, le fait de formaliser (et de faire entendre) un problème rencontré dans la journée aide à ce que ce problème "dégonfle". Cette réunion est aussi l'occasion de présenter les productions personnelles de la journée, cette fois dans le but de valoriser ce qui a été fait.

 

  • 16h30 : Ménage et tableaux de bord   A Palotchka, nous faisons le ménage en commun. Cela nous permet de prendre soin de notre école, tous ensemble (et de réduire au maximum les frais de scolarité). Ensuite, chacun rempli son tableau de bord : chaque chose faite au cours de la journée y est inscrite pour faciliter l'auto-structuration des activités de chacun (pense-bête). Les tableaux de bord nous servent aussi à avoir une perception globale des activités des uns et des autres afin d'orienter notre aide ou anticiper sur un besoin.

 

  • 17h Fin de la journée

* Le Conseil d'Ecole

La justice dans l'école


Les décisions importantes concernant le collectif sont prises par consentement au sein d’un système sociocratique.

En sociocratie, une décision est prise s’il n’y a aucune objection importante et argumentée qui lui est opposée. Toutes les décisions ne sont pas forcément prises en collectif, notamment pour la gestion courante des affaires.

 

Tous les membres du Conseil d’Ecole (jeunes et adultes) sont soumis à des règles et des obligations établies en commun. La participation au Conseil d’Ecole n’est pas obligatoire. Chaque membre du Conseil d’Ecole possède une voix délibérative égale à celle des autres. Toutes sortes de questions sont abordées en Conseil d'Ecole, l'utilisation des smartphones, le fonctionnement du ménage fait en commun, etc...

 

L’atmosphère de liberté, respect, justice et confiance, qui est au coeur de la culture de l’école, est un objet de grande vigilance, et nous attendons de chaque membre qu’il/elle assume sa part de responsabilité pour protéger cette atmosphère, notamment par sa participation au Conseil d’École et l'entraide en général.

 

Quand un conflit apparaît entre deux jeunes membres (désaccord insoluble, insultes, violence physique etc.), le premier réflexe que nous avons est de discuter avec les deux parties séparément, afin de définir en quoi les points de vue s'opposent, et de dégager l'origine dudit conflit.

Il arrive parfois que cette étape soit suffisante: les parties se rendent compte qu'il y avait un malentendu, ou qu'il est inutile d'entrer en conflit sur tel ou tel sujet.

L'étape suivante est la confrontation des deux parties, avec l'aide d'un membre adulte médiateur. On demande à chacun/chacune de donner sa version des faits, de repérer là où les deux versions ne correspondent pas, et de trouver ensemble un terrain d'entente. Le temps de cette discussion n'est pas limité, il dure le temps nécessaire à toutes les parties pour y trouver leur compte. Le but de cette étape est d'arriver à une solution qui plaise à toutes les parties prenantes du conflit, et de n'infliger aucune sanction. Une solution ou explication apportée avec honnêteté et bienveillance sera bien mieux comprise par un enfant que s'il ou elle subit une sanction.

Mais il existe des cas de conflits extrêmes qui nécessitent parfois des réactions appropriées et des procédures plus importantes. Ces conflits extrêmes sont débattus en "Justice d'École". A nouveau, les deux parties en conflit sont présentes, ainsi que plusieurs médiateurs, et des témoins du conflit (s'il y en a). Le but premier est de mettre en correspondance les deux versions des faits, et de tomber d'accord sur ce qui s'est réellement passé, afin de trouver une solution juste pour les deux parties en conflit.

Mais il est arrivé que certains conflits soient tels que certaines issues drastiques durent être trouvées: avertissement, mise en demeure, exclusion (temporaire ou définitive).

Jusqu'ici, ces procédures ont toujours abouti à des solutions. Ces solutions ont des buts précis : que les personnes qui se sentent lésées par une injustice y trouvent leur compte, que toute personne pouvant être à l'origine d'un conflit ait une explication qui lui permette de comprendre sa faute et d'y remédier par elle-même, enfin que le bon fonctionnement de l'école ne soit pas altéré par ce conflit.

Certains conflits sont parfois corrélés directement avec les troubles que peuvent présenter les enfants (trouble de l'attention, hyperactivité, formes diverses d'autisme etc.), et leur résolution implique le travail de l'enfant sur son trouble, ce qui demande du temps et de la patience.



 Palotchka

Ecole privée hors-contrat

 

La palotchka est une lettre ajoutée à l’alphabet cyrillique lorsqu’il est utilisé

pour transcrire certaines langues caucasiennes. Il signifie littéralement

bâtonnet, ou petit trait. La palotchka n’a habituellement pas de

valeur phonétique indépendante, mais est utilisée pour modifier

la lecture de la lettre précédente