Pour déterminer ce qu'est Palotchka, nous nous inspirons librement de la philosophie de John Dewey, de l'Ecole du 3ème type telle que la définit Bernard Collot (issue de la pédagogie Freinet), de la Sudbury Valley School, et de bien d'autres... (Pédagogie Institutionnelle, Paulo Freire, Francisco Ferrer, Sébastien Faure, etc)


John Dewey (1859 - 1952)

EDUQUER PAR L'EXPERIENCE par Catherine Halpern

 

Figure du pragmatisme en philosophie, John Dewey fut aussi le promoteur outre-Atlantique de l'éducation nouvelle et de ses méthodes, qu'il considérait indispensable à la démocratie.

 

C'est une école pas comme les autres qui voit le jour en 1896 au sein de l'université de Chicago. Des élèves s'y rendent pour cuisiner, travailler le bois, bricoler, mener des projets concrets. Grâce à ces activités, aiguillés par leur enseignant, les jeunes apprennent ce que d'habitude on leur assène sans se soucier du sens qu'ils peuvent trouver à ces apprentissages. Il s'agit d'une école-laboratoire, qui comptera jusqu'à 140 élèves et 23 instituteurs, créée par le philosophe John Dewey qui entend bien pouvoir expérimenter ses thèses éducatives... Et pour cause, c'est l'expérience qui est au coeur de sa philosophie dont la pédagogie n'est en fait qu'un volet.

Figure de la philosophie pragmatiste américaine aux côtés de Charles Sanders Peirce et de William James, Dewey estime que la connaissance émerge de notre relation au monde extérieur. L'expérience est donc le maître-mot. La connaissance n'est pas un accès direct à des vérités immuables. C'est par l'action que l'élève apprend et non en absorbant passivement des vérités toutes faites. Pas de cours magistral dans un silence où la parole sacrée proférée par le maître s'abattrait sur de jeunes esprits soumis, mais des individus actifs, en mouvement, menant l'enquête sous la houlette d'un maître qui guide et accompagne.

 

Comment admettre que dans une société démocratique, l'école soit un bastion du conservatisme, où le maître dominerait sans partage de jeunes esprits par la contraintes ? Pour Dewey, l'école n'est pas un sanctuaire coupé du monde où se transmettrait de manière quasi immuable la culture et les savoirs. Il faut penser la continuité entre la société et l'éducation. Et c'est bien pour cela que l'éducation traditionnelle doit être remise en question. Son fonctionnement autocratique n'est pas cohérent avec l'avènement des sociétés démocratiques. L'école doit donner envie d'apprendre, permettre l'épanouissement des capacités de chacun, promouvoir l'esprit d'initiative et libérer la créativité. Il y a un objectif social dans l'éducation promue par Dewey : "L'école devient elle-même une forme de vie sociale, une communauté en miniature étroitement liée aux autres mode d'expérience que le groupe vit en dehors de l'école. Toute éducation qui développe la capacité de participer effectivement à la vie sociale est morale."

 

Si Dewey est l'apôtre de l'éducation nouvelle progressive, il entend l'être avec rigueur : "Proclamer que toute éducation authentique provient de l'expérience ne signifie pas que toutes les expériences sont immédiatement ou également éducatives. Expérience et éducation ne sont pas une seule et même chose." Et c'est là toute la tâche de l'enseignant que d'aider le groupe à cheminer, à construire avec lui des expériences proprement éducatives. S'il critique la routinisation de l'enseignement dans l'éducation traditionnelle, il ne défend pas pour autant l'improvisation. Mais plus que des méthodes pédagogiques, Dewey offre une réflexion capable d'articuler étroitement éducation, société et démocratie concrète.


L'école du 3ème type

En France, Bernard Collot, ancien instituteur de classe unique, a développé et théorisé une approche issue de la pédagogie Freinet : l'école du 3ème type.

Pour rappel :

- Le 1er type est l’école traditionnelle et son approche verticale de l’enseignement.

- Le 2ème type concerne les pédagogies comme Montessori, Freinet…

Dans la pédagogie Freinet, la Coopérative Scolaire tient une place importante : il s’agit de créer une vraie société d’étudiants capable d’administrer la presque intégralité de la vie scolaire. Freinet insiste aussi sur le tâtonnement expérimental qui induit une motivation très forte, une implication immédiate de chaque enfant, qui acquiert ainsi connaissance en lui et en ses possibilités de progresser par lui-même. Selon Freinet, l’intérêt réside aussi dans le fait que lorsque l’on apprend quelque chose que l’on a découvert par tâtonnement expérimental on s’en souvient sans effort.

 

L’école du 3ème type est une conception globale de l’école dans une unique finalité : contribuer à la construction de l’enfant en adulte autonome, disposant des outils de l’autonomie pour être et agir dans une société où il ne sera pas passif. Si elle découle des pédagogies actives et Freinet dont elle prolonge les logiques, elle s’appuie sur une notion différente des langages et de leur construction (langages oraux, écrits, mathématiques, scientifiques, manuels, corporels, artistiques...). Ces langages sont des outils neuro-cognitifs interprétant et produisant des informations et des représentations ainsi que leurs expressions. Ils permettent l'appropriation des connaissances et leurs mises en action dans des savoir-faire et des savoir-être. Elle s'appuie aussi sur les avancées des sciences biologiques, neuro-biologiques et d’une façon générale celles qui se situent dans une approche systémique. L’école du 3ème type est un système vivant (une entité dans un espace de vie) répondant aux lois de tous les systèmes vivants. Elle s’inclut dans l’environnement et l’écosystème social avec lesquels elle est en interaction et dont elle est un des espaces.  Les parents, le quartier, la ville sont partie prenante de l’élaboration de ses stratégies et de son activité.


Sudbury Valley School

Traduction du site de Sudbury Valley School (www.sudval.org)

 

L'école Sudbury Valley est un endroit où les enfants sont libres. 

Leur curiosité naturelle est le point de départ de tout ce qui se passe à l'école.

Ici les élèves décident de leurs propres activités. Le personnel, le lieu et l'équipement sont là pour répondre à leurs besoins. On peut apprendre de manière formelle ou informelle, dans de grands ou petits groupes, ou encore individuellement. Les personnes de tous âges sont libres d’être ensemble à tout moment. L’interaction entre les élèves d'âges différents, l’aide mutuelle dans l’apprentissage et ceci dans tous les domaines - des relations humaines aux maths - est l’une des plus grandes forces de l'école.

Les élèves partagent la responsabilité de leur propre environnement et de la qualité de vie à l'école. L'école est gérée par l’assemblée hebdomadaire, où chaque élève et employé ont une voix : l’éducation à Sudbury Valley est aussi l’éducation de la démocratie sur le terrain.



Pour aller plus loin

LIVRES

Démocratie et éducation - JOHN DEWEY

Ce volume propose les deux grands textes de John Dewey sur l’éducation : son traité de pédagogie, Démocratie et Éducation (1916) et Expérience et Éducation (1938) où l’auteur précise sa pensée et répond à ses détracteurs.

Dewey place l’expérience au cœur de l’apprentissage et recentre la pédagogie sur l’individu plutôt que sur les savoirs : l’école doit répondre à la curiosité naturelle de l’enfant et lui apprendre à désirer et entreprendre ; les travaux manuels et la vie sociale prennent le pas sur les exercices imposés ; la motivation et l’effort individuel peuvent se substituer à la discipline et au régime de sanction. La finalité de l’école est d’accroître la capacité à agir et c’est en cela qu’elle participe de la démocratie.

On se rendra compte de la modernité de la pédagogie de Dewey ou du moins de l’actualité des questions qu’il pose : comment centrer l’éducation sur « les propres activités sociales de l’enfant » plutôt que sur les savoirs ? Comment l’éducation peut-elle préparer l’enfant aux conditions sociales qu’il connaîtra hors de l’école ? Comment rétablir la continuité de l’école et de la société ?

Chroniques d'une école du troisième type - BERNARD COLLOT

Ce premier tome des chroniques aborde de multiples sujets fondamentaux à l'école, comme le langage oral et écrit, le langage mathématique et scientifique, les évaluations, les rythmes de l'enfant, l'efficience du multi-âge, l'aménagement spatial de l'école, le rôle des parents, la socialisation. 

 

Les récits lumineux de Bernard Collot sur cette école "sans cahiers, sans leçons, sans programmes, sans évaluation, sans horaires, sans emploi du temps, ouverte aux enfants et aux adultes même pendant les vacances" sont une invitation à regarder autrement l'enseignement à l'école et à respecter la façon dont les enfants apprennent naturellement. 

 

Ce livre est une très bonne entrée en matière dans les écrits de Bernard Collot dont nous recommandons tous les livres, en particulier L'école de la simplexité.

Libre pour apprendre - PETER GRAY

Nos enfants passent à l’école le plus clair de leur temps à recevoir passivement une instruction, à devoir se tenir tranquilles en classe et à subir des contrôles de connaissances. Il n’est donc pas étonnant que le système scolaire actuel crée des élèves ennuyés et ayant des problèmes de comportement. Même en dehors des murs de l’école, les enfants ont rarement l’occasion de jouer et d’explorer leur environnement sans être sous surveillance permanente. Cette situation a pour conséquence d’alimenter l’anxiété des enfants, qui considèrent la vie uniquement comme une série de problèmes.

Dans Libre pour apprendre, Peter Gray défend l’idée selon laquelle des enfants libres de poursuivre leurs propres centres d’intérêt au travers du jeu assimilent tout ce qu’ils ont besoin de savoir, et le font de plus avec énergie et passion. Pour les aider à grandir dans ce monde en perpétuel changement, nous devons faire confiance à leur capacité de s’instruire et de se développer. En se basant sur des faits anthropologiques, psychologiques et historiques, Gray avance que le jeu en toute liberté est le meilleur moyen pour apprendre à gérer sa vie, à résoudre ses problèmes, à vivre en communauté et à devenir émotionnellement équilibré.

 

Education démocratique - La révolution scolaire à venir - CHRISTIAN LAVAL ET FRANCIS VERGNE

Comment éduquer aujourd’hui ? Pour contribuer à quel monde ? Il est plus que temps de concevoir l’éducation démocratique dont nous avons besoin pour envisager un avenir désirable et une Terre habitable !
Pour préparer l’école démocratique de demain, cet ouvrage dégage cinq principes, tous liés entre eux et qui se déploient sous forme de propositions concrètes : liberté de penser (création d’une institution de type fédératif, intégrant tous les enseignants et visant à protéger les libertés académiques des pressions de la part des pouvoirs organisés) ; égalité concrète dans l’accès à la culture et à la connaissance (lutte contre les inégalités sociales et territoriales) ; définition d’une culture commune (à l’heure de l’urgence écologique, du féminisme et de la reconnaissance de la pluralité des cultures) ; pédagogie de la coopération (mise en oeuvre du meilleur des pédagogies émancipatrices, celles de Dewey, Freinet, Oury ou Freire) ; autogouvernement des écoles et des universités (en tant que communs éducatifs permettant l’expérience réelle de la démocratie).
Ce livre offre un projet systémique qui considère les institutions d’éducation comme un tout, depuis l’école élémentaire jusqu’à l’enseignement supérieur, et ne sépare pas la transformation de l’éducation de celle de l’ensemble de la société. Son ambition est de dessiner les traits fondamentaux d’une éducation démocratique encore à venir, et de l’inscrire pleinement dans une société solidaire, écologique et égalitaire.

Les apprentissages autonomes - JOHN HOLT

John Caldwell Holt (1923-1985), né à Boston, a exercé plusieurs métiers avant de devenir instituteur pendant quinze ans, période pendant laquelle il s’interroge sur les difficultés rencontrées par les enfants. Ayant rejoint ensuite les universités de Harvard et de Berkeley en sciences de l’éducation, il consacre ses travaux et ses conférences à la réforme de l’enseignement. Mais au bout de quelques années, il cesse de penser que l’école est réformable. Dès lors, John Holt décide de consacrer son temps « non plus à créer des écoles alternatives, mais des alternatives à l’école ». Ses recherches portent sur les apprentissages autonomes, il devient le porte-parole des familles engagées dans l’éducation hors école.

Les Apprentissages autonomes, traduction française de son ouvrage Learning all the time, constitue une passionnante synthèse de ses réflexions sur le sujet.

Le maître Ignorant - JACQUES RANCIERE

 

En 1818, Joseph Jacotot, révolutionnaire exilé et lecteur de littérature française à l'université de Louvain, commença à semer la panique dans l'Europe savante. Non content d'avoir appris le français à des étudiants flamands sans leur donner aucune leçon, il se mit à enseigner ce qu'il ignorait et à proclamer le mot d'ordre de l'émancipation intellectuelle : tous les hommes ont une égale intelligence. Il ne s'agit pas de pédagogie amusante, mais de philosophie et de politique. Jacques Rancière offre, à travers la biographie de ce personnage étonnant, une réflexion philosophique originale sur l'éducation. La grande leçon de Jacotot est que l'instruction est comme la liberté : elle ne se donne pas, elle se prend.

 

http://www.hors-serie.net/Dans-le-Texte/2014-07-05/Le-Maitre-ignorant-id19

 

 

 

Enseigner et apprendre, arts vivants - ROBERT FILLIOU

Dans ce « multilivre » auquel ont participé dix artistes dont John Cage et Allan Kaprow, Robert Filliou propose au lecteur de devenir « s’il le désire » co-auteur, grâce à des espaces lui étant réservés dans le livre et suivant les principes de « création permanente » et de « création commune » que Filliou défendra tout au long de sa vie.

Collection N'autre école - Editions Libertalia

La collection N'autre école engage le débat sur une éducation émancipatrice. À partir de pratiques militantes, sociales et pédagogiques, s'y explorent des pistes de réflexion et d'action pour ceux qui veulent changer l'école et la société.

https://editionslibertalia.com/catalogue/nautre-ecole/


VIDEOS

Peter Gray

Peter Gray (né en 1944) est un psychologue américain qui occupe actuellement le poste de professeur de recherche en psychologie à l'université de Boston. Il est l'auteur de Free to learn (Basic Books, 2013), et il écrit un blog très populaire pour le Psychology Today magazine intitulé Freedom to learn.


Ken Robinson

Sir Ken Robinson nous expose d'une manière amusante et profonde la nécessité de créer un système éducatif qui favorise (plutôt que rabaisse) la créativité.


André Stern

Fils du chercheur et pédagogue Arno Stern, André Stern a grandi en dehors de toute scolarisation.


Gever Tulley

Gever Tulley, fondateur de l'Ecole de Bricolage, détaille 5 choses dangereuses que vous devriez laisser vos enfants faire.


Ramin Farhangi

Ramïn Farhangi, co-fondateur de l'Ecole Dynamique.

www.ecole-dynamique.org


 Palotchka

Ecole privée hors-contrat

 

La palotchka est une lettre ajoutée à l’alphabet cyrillique lorsqu’il est utilisé

pour transcrire certaines langues caucasiennes. Il signifie littéralement

bâtonnet, ou petit trait. La palotchka n’a habituellement pas de

valeur phonétique indépendante, mais est utilisée pour modifier

la lecture de la lettre précédente